Simonnet Febvre

Millésimes

2013

Rapport du millésime 2013 en Bourgogne Imprévisible Bourgogne Mis à l'épreuve en 2012, les vignerons de Bourgogne espéraient une année 2013 sereine. Dame Nature, capricieuse, en a décidé autrement. Défiant toutes les prévisions climatologiques, elle n'a laissé aucun répit. Après un hiver long, un printemps maussade et un bel été, providentiel, les vendanges n'ont démarré que début octobre dans la plupart des secteurs. Les conséquences des aléas climatiques (coulure et millerandage, dégâts de grêle, concentration, maladie) ont impacté les quantités récoltées. Du nord au sud, il semble qu'aucun vignoble n'ait tout à fait été épargné. Certains évoquent de très petits rendements, avec un volume égal voire inférieur à celui de 2012 (1,26 millions d'hectolitres). Heureusement, les premières dégustations laissent présager une belle réussite. Une fois encore, l'expérience aura fait la différence ! Hommes et vignes sont marqués par cette année éprouvante, mais récompensés de leur labeur. Le ciel nous tombe sur la tête... mais ménage l'essentiel ! L'hiver s'est attardé en Bourgogne. De janvier à juillet, les températures restent fraîches. Le soleil est le grand absent de ce premier semestre, alors que la pluie s'impose largement. Cette climatologie très maussade a des conséquences sur la vigne, qui reprend son cycle tardivement, avec près de 2 semaines de retard. Début mai, alors que les premiers bourgeons viennent de faire leur apparition, des précipitations extraordinaires s'abattent sur la région. Certaines parcelles se retrouvent plusieurs jours les pieds dans l'eau. La floraison et la nouaison ne bénéficient pas d'une météorologie plus propice. Le retard est alors d'environ 3 semaines. L'été, chaud, sec et ensoleillé rassure et profite à la qualité des raisins. Il permet d'obtenir une bonne maturation. Juillet est marqué par un violent orage de grêle sur la Côte de Beaune (1 350 ha touchés le 23 juillet). Septembre ne ménage pas les vignes. La douceur ambiante et les pluies régulières favorisent le développement de la pourriture (Botrytis), limité sur les grappes aérées constituées de petites baies. Le choix de la date de récolte est un véritable casse-tête. Il faut être très réactif et vendanger rapidement. Ce millésime exigeant a demandé beaucoup d'efforts, qui sont aujourd'hui couronnés de succès. Les vins dévoilent une réelle pureté aromatique et des couleurs inattendues. Les équilibres sont particulièrement plaisants. Les vins blancs Fruités et équilibrés, les vins blancs se caractérisent par un nez marqué de notes d'agrumesCette netteté aromatique se retrouve en bouche. Ces vins bien structurés affichent vivacité sans l'agressivité que laissaient craindre les acidités mesurées juste avant les vendanges. Droits, sans fioriture, les blancs 2013 n'auront pas à rougir face à leurs aînés. Les vins rouges D'un rouge rubis profond, soutenu et brillant, ces vins fruités donnent l'impression de croquer dans une poignée de fruits rouges fraîchement cueillis (cerise, framboise, groseille). Certains Pinot Noir, récoltés plus tardivement, offrent des arômes plus confiturés. A la dégustation, les premières notes acidulées laissent vite place à une belle structure apportée par des tanins fins et bien présents. Une belle longueur en bouche prolonge le plaisir. Les Crémant de Bourgogne Les acidités soutenues et les belles teneurs en sucres ont permis de récolter, fin septembre, des raisins de constitution idéale pour l'élaboration de Crémant de Bourgogne. Les vins de base blancs vifs et fruités révèlent des arômes de pêche blanche et de pamplemousse. Les Pinot Noir se caractérisent par une belle structure, tandis que les Gamay, de très grande qualité, présentent des arômes de fruits rouges intenses. 2013 offre la possibilité aux producteurs de réaliser des cuvées millésimées avec un bon potentiel de garde. Source : Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne - Novembre 2013.

2012

MILLESIME 2012 Rare et précieux en Bourgogne Du jamais vu ! Voilà ce que les professionnels bourguignons disent de la météo de l'année. Face aux caprices du temps, ils ont redoublé d'efforts pour obtenir le meilleur de leurs vignes. Les premières dégustations rassurent. Du nord au sud de la Bourgogne, la filière est unanime : la qualité des vins en cours d'élaboration est excellente, inespérée aux vues des conditions climatiques. Seule ombre au tableau, les quantités récoltées sont en baisse par rapport à la moyenne, autour de 20 % selon les estimations (chiffres définitifs disponibles début 2013). Hiver doux, mars printanier, fraîcheur et gel au printemps, mai estival, juin rafraîchi et pluvieux, été instable, canicule, grêle, orages... un programme météo chargé, qui n'a pas épargné les vignes. Le froid et l'humidité du printemps ont engendré coulure (non transformation de certaines fleurs en fruit), millerandage (fécondation incomplète de la fleur qui donne de petites baies) et une forte pression du mildiou et de l'oïdium. Les brèves mais fortes chaleurs de l'été ont provoqué échaudage et grillure des baies. Ces phénomènes, survenus avant la période de maturation, ont entraîné une baisse significative de récolte, sans impacter la qualité des raisins. Au contraire, des grappes aérées aux petites baies garantissent concentration et intensité. Ayant dû composer avec les éléments et se battre au jour le jour, les hommes, comme le matériel, ressortent usés, mais vainqueurs, de cette campagne. A l'heure des vendanges, sous le soleil, c'est une matière première saine, exempte de maladie et de pourriture, qui a rejoint les cuveries. Rare, le millésime 2012 des vins de Bourgogne n'en sera que plus précieux ! Les vins blancs Ces vins expressifs dévoilent des notes de fruits frais et d'agrumes. Francs, ils offrent d'ores et déjà de très beaux équilibres en bouche. Puissants, les blancs du nord de la Bourgogne traduisent la typicité de leurs terroirs : minéralité, silex, notes crayeuses. Ce millésime classique, s'illustre par sa finesse et sa belle concentration. Certains vins, dotés d'une magnifique complexité et d'une structure parfaite, pourront attendre quelques années. Les vins rouges Les vins sont d'une couleur rouge très profonde, dense, presque noire pour certains. Ils exhalent des arômes de fruits rouges, riches et intenses. Les tanins, mûrs et soyeux, leur confèrent une belle harmonie en bouche. 2012 s'annonce comme une valeur sûre. Ces vins reflètent la diversité de chaque région viticole et constituent l'épilogue heureux d'une année hors du commun. Les Crémant de Bourgogne La diminution des rendements concerne également les Crémant de Bourgogne, en particulier pour le Gamay. L'Aligoté s'est montré plus généreux. Le déficit de production pourrait atteindre 30 % en volume. Les raisins récoltés ont atteint une maturité parfaite, alliant richesse en sucres optimale et belle acidité. Les vins de base de Chardonnay et de Pinot Noir sont fruités et présentent un très bel équilibre. Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne - Beaune, 12 novembre 2012

2011

MILLESIME 2011 en Bourgogne Du plaisir avant tout 2011 restera dans les mémoires, non seulement pour sa précocité, mais également pour sa climatologie singulière. Alors que les amateurs du monde entier s'apprêtent à découvrir ce nouveau millésime, les premières impressions se précisent. Cette année, l'élégance et la gourmandise mettent particulièrement en valeur la mosaïque des terroirs bourguignons. Accessibles, ces vins constitueront une porte d'entrée idéale pour parcourir toute la richesse et la diversité des Bourgognes. Les vignerons bourguignons savent faire confiance à leur instinct. A la veille de l'été, ils restent prudents, même si le printemps, particulièrement sec et chaud, a donné à la vigne un potentiel qualitatif optimal. Les précipitations de juillet viennent reconstituer les réserves en eau du sol et apporter un souffle nouveau à la plante. Les conditions orageuses d'août, très difficiles à anticiper, amènent les vignerons à suivre leurs parcelles pied à pied. Ils ne doutent pas qu'ils auront à faire preuve d'humilité autant que d'intuition afin de déterminer la date de récolte : entre maturité et état sanitaire, la nature aura son mot à dire. Attendre ou pas ? Question cruciale que les Bourguignons se posent dans les dernières semaines d'août, en particulier pour le Pinot Noir dont la délicatesse fait la réputation, mais aussi la complexité. Les vendanges s'étalent sur plusieurs semaines, les viticulteurs récoltant les parcelles au rythme de l'évolution de la maturation. Le bel ensoleillement et les faibles précipitations de septembre donnent raison à la patience. Un tri soigné est pratiqué, à la vigne comme en cave. Seuls les meilleurs raisins sont vinifiés. Vins blancs Ils se caractérisent par une grande pureté aromatique. Des arômes nets et francs d'agrumes et quelques notes florales délicates se révèlent à la dégustation. Une belle acidité vient relever ces flaveurs, donnant des vins frais et expressifs. Les équilibres harmonieux, déjà perceptibles lors de la dégustation des baies, se confirment. Le tout est renforcé par une belle rondeur en bouche. L'expression des terroirs est déjà appréciable. L'élevage apportera une complexité et une finesse supplémentaires à ces vins qui s'apprécieront dès leur jeunesse. Vins rouges Ce sont des vins gourmands, avec de belles robes, d'un rouge très intense. Suivant les secteurs, une large palette aromatique est représentée : fruits frais, fruits rouges (framboise, cerise) et quelques notes d'épices douces. En bouche, fraîcheur et équilibre sont ressentis. Les tanins sont ronds, souples, élégants. La grande diversité sensorielle et la répartition qualitative sont caractéristiques de chaque terroir. Le potentiel de garde sera variable selon le style de vin. Toutefois, l'aspect friand de ce millésime, déjà perceptible, permettra de se faire plaisir sans tarder. Crémants de Bourgogne Les producteurs de Crémants donnent les premiers coups de sécateurs dès la troisième semaine d'août dans le Sud de la Bourgogne. Les vendanges s'étalent ensuite jusqu'à fin septembre. Les vins de base issus de Chardonnay présentent des arômes de pêches blanches et de pamplemousse. L'Aligoté offre des notes acidulées et légères. Le Pinot Noir donne des vins de base structurés et colorés. Le Gamay révèle des vins de grande qualité, aux arômes de fruits rouges intenses. Les premiers assemblages auront lieu en fin d'année. Source : Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne - Novembre 2011.

2010

2010, le millésime de l'exigence Le millésime 2010 en Bourgogne est une réussite en dépit de conditions climatiques délicates. 2000 ans d'histoire ont en effet permis à la vigne et aux hommes de s'adapter, en Bourgogne, à toutes les situations. Loin d'être un hasard, cette longévité est la preuve que la vigne a trouvé dans ce vignoble septentrional une terre de prédilection, tout en s'adaptant aux variations climatiques. Ici, faire du vin est un art qui ignore la facilité. Les vignerons bourguignons savent faire preuve de discernement, d'une grande capacité d'adaptation et de savoir-faire pour obtenir le meilleur de chaque millésime. Les outils de pointe de prévisions météorologiques, les contrôles analytiques et la dégustation des baies constituent autant d'éléments pour anticiper et raisonner chacune des étapes déterminantes menant à la récolte. La dégustation des baies a été particulièrement cruciale cette année, permettant un suivi à la parcelle de l'évolution du potentiel aromatique, point fort de ce millésime. Ici, le niveau de maturité et l'état sanitaire ont primé pour le choix de la date de récolte. Si habituellement les vendanges se font par couleur (traditionnellement rouge puis blanc), les vignerons, soucieux de la qualité, ont alterné entre parcelles rouges et blanches. Les petits rendements obtenus résultent à la fois de la maîtrise de la taille par les viticulteurs, de la coulure et du millerandage engendrés par les conditions climatiques du printemps et du tri pratiqué à la vigne comme à la cave. Les vinificateurs ont ensuite su ajuster leur technique à la matière première récoltée pour en révéler le bel équilibre sucre-acidité, sans dénaturer l'expression aromatique. Nul doute que les Bourgogne 2010 réservent de belles surprises aux amateurs de vins ! - Vins blancs: Du nord au sud de la Bourgogne, les vins blancs laissent percevoir toute la palette d'expressions du Chardonnay de Bourgogne, souvent copié, jamais égalé ! Ces vins équilibrés s'apprécient pour leur fraîcheur et leur pureté. La minéralité, présente en bouche, illustre la typicité des terroirs bourguignons. Ils reflètent l'élégance et la finesse des grands classiques de la Bourgogne. - Vins rouges: Les nuances olfactives des vins rouges se situent dans le registre des fruits rouges et fruits frais. Ces vins très parfumés présentent également une jolie couleur rouge cerise. En bouche, ils dévoilent des tanins soyeux et une belle harmonie entre acidité et rondeur. La sensation de fraîcheur persistante traduit parfaitement l'expression du Pinot Noir en Bourgogne. - Crémant de Bourgogne: Le millésime 2010 présente des jus de belle qualité pour les deux cépages Chardonnay et Pinot Noir. La qualité des raisins a permis une extraction tout en douceur donnant des vins de base présentant des acidités sans excès, une expression aromatique intense et une belle maturité. Source : Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne

2009

Magnifique Bourgogne! En 2009, la vigne a pu profiter de conditions idéales durant tout son cycle et, plus particulièrement, lors de sa phase de maturation, baignée de lumière. Soleil et chaleur se sont, en effet, illustrés tout au long des mois d'août et de septembre, donnant une matière première extraordinaire révélée au cours des vinifications. Au lendemain de celles-ci, le caractère authentique de ce millésime est déjà perceptible. - Vins Blancs Un très beau profil aromatique se dessine déjà, alors que certains blancs n'ont pas encore fini leur fermentation alcoolique. Les vins se structurent sur la rondeur et l'amplitude , avec une vivacité qui leur confère une très belle harmonie. Cette année, plus encore que sur d'autres millésimes, chaque vin est le reflet de son terroir d'origine. - Vins Rouges Séduisants dès le premier regard, ces vins affichent de très belles robes d'un rouge profond et brillant. Tout aussi flatteurs, les arômes de fruits rouges et noirs bien mûrs sont exaltés par la présence de notes épicées qui se développent à mesure que le vin s'ouvre. En bouche, le plaisir des sens est complet. En effet, dès l'attaque, la complexité est perceptible dans l'ampleur que prend le vin. Puis, un bel équilibre se dévoile, soutenu par des tanins ronds et soyeux. En finale, ces vins riches et d'une belle longueur laissent une sensation de plénitude. - Crémant de Bourgogne Vendangés tout début septembre, les raisins destinés au Crémant de Bourgogne présentaient déjà un potentiel aromatique très important, tout en conservant l'acidité nécessaire à leur fraîcheur, caractères qui se retrouvent aujourd'hui dans les vins. Source : BIVB

2008

L'échappée belle des vins de Bourgogne Le millésime 2008 a été marqué par une météorologie instable, qui a requis toute l'expérience des viticulteurs. Ils ont su se montrer vigilants dès le printemps et attendre le moment opportun pour récolter. Cette année, la vigne a pu profiter du retour de belles conditions à la mi-septembre. A partir du 14, le soleil et le vent du nord ont permis au raisin d'atteindre sa pleine maturité pour les vendanges. L'appréhension, sensible dans le vignoble, a alors laissé place au soulagement. Certains vignerons n'hésitent pas à qualifier de miraculeux ce retournement de situation tant attendu. Les viticulteurs, ayant porté une attention soutenue à leurs vignes, ont pu contenir le développement des maladies. Renonçant, comme l'an passé, à une partie de leur récolte au bénéfice de la qualité, les vignerons ont choisi de pratiquer un tri minutieux. Cette volonté, associée à des rendements modérés, a conduit à un volume de récolte inférieur à la moyenne. Il est encore trop tôt pour dresser le portrait définitif de ce nouveau millésime à peine mis en fûts. Cependant, aux vues des premières dégustations, les efforts consentis, conjugués aux bons auspices de dame nature, laissent entrevoir un millésime de belle tenue. Vins blancs: Les vins blancs de 2008, francs et purs, sont caractérisés par une acidité prononcée, joliment équilibrée par une belle maturité. La complexité des arômes perçus trouve son pendant dans la vivacité et la fraîcheur exprimées en bouche. Ces vins puissants s'inscrivent dans la lignée des grands classiques de la Bourgogne. Vins rouges: Les vins rouges sont la véritable révélation de ce millésime ! Des couleurs profondes, des arômes fruités, des tanins ronds et soyeux : ces vins concentrés et complexes offrent, d'ores et déjà, beaucoup de plaisir à ceux qui les dégustent. Bien structurés, ils présentent un beau potentiel de garde. Crémants de Bourgogne: Les conditions météorologiques ont été idéales pour la production des Crémants de Bourgogne, vendangés plus tôt que les vins tranquilles. En effet, un niveau d'acidité assez élevé et une richesse modérée en sucres sont nécessaires pour obtenir la meilleure expression de ces vins effervescents. 2008 sera, à n'en pas douter, un grand millésime pour les Crémants de Bourgogne. Source : Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne

2007

En Bourgogne : patience et sur-mesure. Après les doutes et inquiétudes d'un été automnal, le soulagement s'est imposé à travers la Bourgogne dès le début des vinifications, du fait de la grande qualité des moûts dégustés. Cette belle surprise récompense les efforts consentis par les professionnels bourguignons qui n'ont pas hésité à effectuer, lors des vendanges, un tri efficace, digne d'un travail de haute couture. Les températures fraîches et le travail minutieux des professionnels ont permis de résister aux agressions climatiques. En effet, à la vigne comme en cuverie, les viticulteurs ont sélectionné chaque baie et ajusté leurs itinéraires de vinification, pour ne garder que la quintessence des Pinot Noir et des Chardonnay, cépages rois de la Bourgogne ! La tendance du millésime 2007, est de proposer des vins à la fois très actuels et fidèles aux grands modèles classiques de la Bourgogne. Les novices pourront s'initier au plaisir de ces vins, alors que les amateurs retrouveront dans chaque cuvée l'esprit des grands Bourgognes tout autant que le talent de chaque créateur-vinificateur. Ces vins, sophistiqués mais accessibles, pourront se boire assez rapidement tant ils sont déjà agréables à déguster. Vins blancs : une grande pureté des saveurs. Ayant profité des rayons du soleil jusqu'à la mi-septembre, le millésime 2007 en blanc affiche une remarquable typicité. Cette année, en Bourgogne, le Chardonnay dévoile toutes ses facettes. Les vins de Chablis marqués par une minéralité caractéristique, restent vifs avant leur fermentation malolactique. Vins rouges : un éclat de fraîcheur. Le millésime 2007 offre des saveurs de fruits rouges frais et friands. La gourmandise des arômes perçus au premier nez trouve tout son pendant en bouche par l'amplitude, la rondeur et la finale soyeuse de ces vins de plaisir. La maturité des pellicules a permis aux vinificateurs, attentifs, de modérer les extractions, construisant une structure tout en finesse. De plus, l'acidité présente au moment de la récolte, due essentiellement à d'importantes concentrations en acide malique, disparaît au cours de la fermentation malolactique, contribuant au juste équilibre en bouche. Les vins arborent de belles robes rouges cerise agrémentées de quelques reflets violacés, caractéristiques des millésimes frais. Crémant de Bourgogne : Les températures basses de l'été ont permis d'atteindre une bonne maturité des raisins destinés à l'élaboration des Crémant de Bourgogne, tout en conservant le niveau d'acidité idéal à l'expression de la fraîcheur qui les caractérisent. Ces acidités permettront en outre de travailler sur des cuvées destinées à des temps de vieillissement sur latte plus importants. Ces bonnes conditions laissent à penser que le millésime 2007 donnera des Crémant de Bourgogne de grande qualité. Source : BIVB

2006

Des vins de Bourgogne charmeurs. Charmeur. Tel est le qualificatif qui revient le plus lorsque l'on évoque le millésime 2006 en Bourgogne. Après une année marquée par une certaine "fantaisie" météorologique, le travail des professionnels a payé. 2006, millésime prenant qui a exigé une attention de tous les instants, tant à la vigne que dans les cuveries, excelle sur les blancs et étonne sur les rouges. Les vins blancs : . Le Chablisien et les vignobles de l'Yonne : La maturité et l'équilibre des vins de 2006 sont tout à fait exceptionnels. Ce millésime, de l'avis de la plupart des vignerons de l'Yonne, doit être considéré comme un millésime de référence. Aux dires même de certains, il serait le plus grand des dix dernières années. Qualité du fruit, minéralité, équilibre, corpulence, tout y est pour que ces vins puissent donner le meilleur d'eux-mêmes d'ici quelques années. 2006 fera date : c'est le millésime de garde par excellence. Les vins rouges : . Les vignobles de l'Yonne : Après un mois d'août maussade, septembre, avec le retour d'une météo plus clémente, a vu le Pinot Noir mûrir dans de bonnes conditions. De belle couleur rubis, les vins du millésime 2006 sont particulièrement fruités. Très francs et très expressifs, ils libèrent d'intenses odeurs de fruits rouges (fraise, framboise, cerise...) et d'épices auxquelles se mêlent quelques notes de tabac blond et de réglisse. Leur bouche est bien structurée avec une bonne acidité apportant une agréable fraîcheur. Les tanins, de grande qualité, se montrent encore fermes en finale mais s'attendriront assez rapidement. Un millésime surprenant où l'élégance du Pinot Noir sera mise en évidence de la meilleure manière. Source : BIVB

2005

Une année exceptionnelle. Glorifié dès les vendanges tant les conditions de sa venue au monde étaient parfaites, 2005 est le millésime des superlatifs. Tout a été pratiquement dit à son sujet : maturité exceptionnelle, état sanitaire parfait, grappes exemplaires, etc... Les vins blancs : . Le Chablisien : Les vins du millésime 2005 apparaissent agréables et séduisants. Marqués au nez, par des notes acidulées et fruitées associées à une minéralité très pure, ils sont un vrai régal. Leur bouche à l'équilibre parfait, ronde et parfaitement structurée, est un modèle d'harmonie, leur belle acidité leur enlevant toute lourdeur. Millésime flatteur et complet dont l'aptitude au vieillissement semble manifeste. Les vins rouges : . Les vignobles de l'Yonne : De l'appellation régionale au grand cru, tout est superbe. La qualité de ce millésime est telle qu'il semble impossible de mieux faire. Rien ne manque : la couleur d'un splendide rubis foncé, le nez aux nuances de petits fruits bien mûrs, d'épices et de tabac blond, la bouche à la texture et à la consistance étonnantes, la longueur impressionnante..... Autant le dire : un millésime de classe exceptionnelle qui marquera l'histoire de son empreinte. Source : BIVB



Ce site utilise Flash 8.
Pour le visiter vous avez besoin du Flash Player 8 de Macromedia, un plug-in qui vous permettra d'accéder à tout le contenu de ce site et de nombreux autres sites.
Pour télécharger et installer Flash 8
cliquez ici.